TRIUMF - Sommaire

Qu'est ce que TRIUMF ?

TRIUMF est le laboratoire national Canadien pour la physique nucléaire et la physique des particules, situé sur le campus de l'Université de la Colombie Britannique à Vancouver, Colombie Britannique, Canada. Il est géré en co-entreprise par un consortium d'universités canadiennes à partir d'une contribution supervisée par le Conseil national de recherches Canada (CNRC). Les installations de TRIUMF sont disponibles à tout scientifique canadien ainsi qu'aux scientifiques du monde entier. Un grand nombre de scientifiques universitaires canadiens collaborent à l'intérieur de groupes pluri-institutionnels qui, à leur tour, collaborent avec des groupes internationaux pour monter des projets de grande envergure à TRIUMF et auprès de grands laboratoires nationaux en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. TRIUMF offre l'infrastructure scientifique et technologique qui permet à ces collaborations canadiennes de participer pleinement à l'effort mondial en physique subatomique.

La carte indique les liens que TRIUMF a établis de part le monde

Portée scientifique :

TRIUMF est le centre Canadien pour la recherche en physique subatomique. Cette branche de la physique étudie les propriétés des particules microscopiques fondamentales qui définissent la nature de la matière dans l'univers ainsi que les phénomènes nucléaires qui ont lieu dans les étoiles et qui determinent non seulement leur évolution mais aussi l'évolution de l'univers. La recherche en physique subatomique, telle que pratiquée à TRIUMF, contribue aussi à d'autres branches de la recherche scientifique, présentes à TRIUMF. Par exemple, le laboratoire supporte un programme varié en recherche expérimentale en science des matériaux et en chimie moléculaire, qui aide à étudier la structure de nouveaux matériaux, si importants pour les technologies du futur. Le groupe des sciences de la vie à TRIUMF est impliqué dans des collaborations liées aux centres médicaux à travers le Canada. Parmi ces collaborations, celle avec l'Université de la Colombie Britannique qui utilise la tomographie par émission de positrons étudie les maladies neurodégénératrices telles que la maladie de Parkinson tandis que la collaboration avec l'agence contre le cancer de Colombie Britannique utilise du fluor-18 produit à TRIUMF pour le diagnostique et le traitement de ses patients.

Avantages pour le Canada :

La qualité du laboratoire TRIUMF et de ses collaborations internationales, reconnue mondialement, contribue à rehausser l'image du Canada comme une des nations à la fine pointe dans les domaines scientifiques et techniques. TRIUMF fournit une plateforme scientifique et technique unique à plus de mille usagers de part le monde. Les besoins de son programme scientifique sont souvent très éxigeants et de nouveaux procédés techniques et en génie sont dévelopés continuellement. Cet environnement est très propice et motivant pour former les jeunes scientifiques canadiens: plus de 100 jeunes scientifiques et ingénieurs sont formés à TRIUMF chaque année.

Transfert de technologie :

Un important volet de la mission de TRIUMF vise le transfert de technologie vers le secteur commercial, canadien autant que possible. La division pour le transfert de technologie à TRIUMF identifie les chances de commercialisation de technologies développées pour la recherche. Le succés de cette division a été mesuré par l'association des gérants de technologie universitaires en Amérique du Nord lors d'une évaluation des nouveaux brevets émis, qui a comparé le transfert de connaissance scientifique vers le commercial avec le profit commercial induit. Cette étude classe TRIUMF au second rang au Canada. TRIUMF et son partenaire industriel MDS-Nordion a reçu le prix Synergie 2004 du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) reconnaissant une collaboration université-industrie exceptionnelle dans le domaine de la recherche et du développement.

Des technologies développées à TRIUMF ont contribué à des retombées commerciales dans des domaines aussi variés que la sylviculture, l'électronique spatiale, l'agriculture, l'environnement, l'outillage de pointe, le génie médical et la production d'isotopes comme marqueurs. En particulier, TRIUMF s'est associé depuis longtemps avec MDS-Nordion pour la production, sur le site de TRIUMF à Vancouver, de radioisotopes pour l'imagerie médicale et le traitement. Chaque semaine, plus de 45000 patients, principalement en Amérique du Nord, sont soumis à une procédure médicale qui utilise des isotopes produits à TRIUMF – la seule installation canadienne pour le traitement du mélanome oculaire par irradiation de protons se trouve à TRIUMF et est gérée par l'agence pour le cancer de Colombie Britannique.

"Vulgarisation" :

Le programme de vulgarisation vers le public rejoint quelques 2000 personnes chaque année grace à la série de conférence du Samedi matin, aux visites du laboratoire et aux outils éducatifs multimédia. Le programme académique comprend le programme des bourses de recherches pour étudiants du niveau secondaire (en collaboration avec le Conseil Innovation BC) le programme d'emploi des étudiants sous-gradués, mais aussi le très popoulaire programme d'internat et des journées de développement professionel pour les professeurs du secondaire. Ecoliers, professeurs, étudiants et public sont tous très enthousiasmés par la science et les technologies uniques de TRIUMF et par l'image projetée du Canada au niveau mondial.

Responsabilité fiscale :

La performance du laboratoire est évaluée par le comité des agences de TRIUMF (ACT) oû sont representés le ministère de l'industrie, le CRSNG et le CNRC. En plus, le comité aviseur sur TRIUMF (ACOT), un comité formé d'experts scientifiques de réputation internationale, évalue la performance scientifique du laboratoire lors de visites bi-annuelles à TRIUMF. Les universités gérantes sont responsables du bien être financier et administratif du laboratoire tel que régi par un accord sur la subvention avec le CNRC. Tous les 5 ans, le CNRC établit un comité d'évaluation par des pairs de renommée internationale qui évalue la performance scientifique passée et le plan quinquennal pour les prochaines années.

Cycle financier 2005-2010 :

Pour la période 2005-2010, les activités de TRIUMF sont financées par une contribution fédérale de $222.3M. Ces fonds supportent les activités de TRIUMF sur son site et à l'étranger. La Fondation Canadienne pour l'innovation (FCI) et le fond de développement des connaissances de C.B. (BCKDF) ont financé la construction et la gestion du centre d'analyse de données pour l'expérience ATLAS. Ce centre de calcul permettra aux chercheurs canadiens d'exploiter le potentiel scientifique lié à l'investissement qu'a fait le Canada dans l'expérience ATLAS au LHC du CERN et aussi d'exploiter les avancées en calcul de haute performance qui seront développées au centre. FCI et BCKDF ont aussi contribué à travers deux autres groupements d'universités à un nouveau laboratoire pour le développement de détecteurs de pointe (LADD) et à améliorer, une ligne de faisceau de TRIUMF pour les expériences sur les nouveaux matériaux (M20).

Les expériences montées à TRIUMF sont sélectionnées par un comité international d'évaluation des expériences et elles sont financées en compétition devant un comité de pairs par des agences de financement nationales. Pour le Canada, le CRSNG et le CIHR donnent les fonds aux chercheurs Canadiens pour monter leurs expériences à TRIUMF.

La communauté scientifique canadienne a un plan en place pour supporter les activités de TRIUMF pour la période 2005-2010. Les éléments principaux de ce plan sont de 1) compléter les installations ISAC pour s'assurer qu'elles demeurent à la fine pointe des installations mondiales similaires, 2) faire des contributions séminales à certains des projets les plus motivants dans d'autres laboratoires mondiaux. Par exemple, le plan actuel identifie TRIUMF comme le centre Canadien pour le centre de calcul Tier-1 ATLAS, un reseau mondial de calcul sur grille qui traitera le flux énorme de données générées au CERN. Le plan identifie aussi une contribution primordiale à une expérience au Japon, qui est une suite logique à l'expérience SNO (Sudbury neutrino observatory), une réussite expérimentale canadienne des plus visibles récemment.